Actualités > Les désinstallations d’antennes

Toute l'actualité de Free Mobile et de Forum Free Mobile. Retrouvez ici les dernières nouveautés et annonces Free Mobile en avant première ! [en lecture seule]
Verrouillé
Avatar du membre
Bataclan
Modérateur
Participation dans ce sujet : 2
Messages : 5330
Enregistré le : il y a 5 ans
Localisation : 01580 IZERNORE

Les désinstallations d’antennes

Message par Bataclan » il y a 5 ans

Phénomène peu connu, la désinstallation d’antennes-relais prend de l’ampleur. À tel point qu’une dégradation de la qualité des réseaux mobiles français est à craindre, tant sur la 2G/3G que sur la (future) 4G.

Blogueur expert sur ZDnet.fr, Pierre Col met le doigt sur ce problème dans un article. Il y explique qu’il est assez fréquent que les propriétaires de points hauts (immeubles, etc.) décident de ne plus renouveler leur bail conclu avec les opérateurs. Obligeant ces derniers à démonter rapidement leurs antennes-relais, sans avoir le temps de prévoir une solution de secours.

Lorsque l’opérateur ne possède pas d’autre antenne à proximité, la zone concernée voit sa couverture réseau se dégrader considérablement, avec un risque de disparition temporaire du réseau 2G et 3G, le temps que l’opérateur trouve un autre point haut à proximité, accomplisse les démarches et installe une nouvelle antenne...

Si des opérateurs comme SFR proposent de résoudre partiellement le problème, en fournissant gratuitement aux abonnés impactés des femtocells leur permettant de conserver une bonne couverture à domicile, cela ne résout pas tout. Un abonné ne faisant que passer dans cette zone mal desservie subira directement la couverture médiocre ou absente.

Un danger pèse donc sur la qualité des réseaux mobiles en France si, dans les années à venir, le nombre d’antennes-relais est amené à baisser — en particulier dans les zones rurales, où le démontage d’une seule antenne peut entraîner l’apparition d’une zone blanche. La situation n’est en rien améliorée par l’action d’associations comme Robin des toits, se battant régulièrement contre l’installation de nouvelles antennes, voire même parfois pour le démontage d’antennes existantes... et propageant une peur des ondes que la population s’approprie souvent, rendant le travail des opérateurs d’autant plus difficile.

Les conséquences pourraient être lourdes pour le pays. « Non seulement Free, le nouvel entrant sur le marché, pourrait avoir le plus grand mal à déployer son réseau mais ses concurrents historiquement installés risquent également de peiner à maintenir les leurs. Et ne parlons pas du déploiement d’antennes-relais pour la 4G, qui se heurtera aux mêmes oppositions », conclut l’article.

Le lien FreeNews.
Abonnée FreeMobile : 11/01/2012
Wiko U Feel Prime Android 6.0.1 Marshmallow
Forfaits: 15.99€ le 11/01/2012 pour madame - 15.99€ le 12/01/2012 pour moi - 15.99€ le 26/09/2013 pour ma nièce.
Portabilité : Orange
SIM : Activée

Adsense
Publicité
Cette publication permet de nourrir les puinguins.
Merci pour eux, et la survie de ce forum.

Message par Adsense » il y a quelques secondes

Enregistrez-vous pour ne pas voir cette publicité.
Avatar du membre
Bataclan
Modérateur
Participation dans ce sujet : 2
Messages : 5330
Enregistré le : il y a 5 ans
Localisation : 01580 IZERNORE

Message par Bataclan » il y a 5 ans

En cas de non-renouvellement du bail avec un propriétaire d'immeuble, un opérateur mobile est obligé de désinstaller son antenne du toit. A terme ce phénomène pourrait dégrader fortement la densité des réseaux 3G et pénaliser le déploiement de la 4G...

Voici un phénomène qui prend de l'ampleur et dont personne ne parle. Pourtant, il pourrait avoir un impact majeur sur la qualité des réseaux mobiles en France, tant pour la voix que pour l'accès Internet. Je l'ai découvert tout à fait par hasard au travers de mon expérience personnelle, et c'est par là que je vais commencer...

Un exemple de désinstallation d'antenne mobile
antenne.jpg
antenne.jpg (33.76 Kio) Vu 6346 fois

Ayant travaillé naguère pour une société ensuite absorbée par le groupe SFR, il se trouve que je suis abonné chez cet opérateur, aussi bien pour l'accès Internet ADSL de mon appartement que pour mon mobile, et c'est aussi chez SFR que sont abonnées mon épouse et ma fille aînée.

Il ya quelques mois de cela j'ai reçu de SFR un courriel et un courrier postal me présentant une situation que je n'avais pas imaginée : la copropriété possédant l'immeuble sur le toit de laquelle était installée l'antenne-relais de l'opérateur au carré rouge la plus proche de chez moi n'avait pas souhaité renouveler le bail conclu il y a de nombreuses années avec lui. De ce fait, SFR se trouvait dans l'obligation de procéder à la désactivation puis au démontage de cette antenne.



Or, bien que j'habite dans le centre de Lyon, les autres antennes-relaisde SFR étaient assez éloignées de chez moi, de sorte que la couverture réseau 2G et 3G autour et à l'intérieur de mon domicile risquait de disparaître, du moins le temps que SFR trouve un autre toit d'immeuble plus accueillant, ce qu'il était en train de chercher activement.

Une solution partielle : la femtocell

Du coup, SFR me proposait, pour que nous puissions continuer à utiliser nos mobiles confortablement en étant joignables même chez nous, de m'équiper gratuitement d'une femtocell : ce petit boîtier, installé dans mon appartement et connecté à ma box ADSL, assurerait une couverture 3G à l'intérieur de mon domicile, mais uniquement pour les membres de ma famille : en effet, seuls pouvaient utiliser cet accès 3G les téléphones titulaires d'abonnements SFR et dont les numéros seraient dûment enregistrés sur le boîtier, et donc le mien, celui de mon épouse et de ma fille. J'ai accepté la proposition. Quelques jours plus tard la SFR Femto était livrée :
Femtonccel.jpg
Femtonccel.jpg (95.2 Kio) Vu 6346 fois
Et, bien que les appels mobiles émis ou reçus de chez moi transitent désormais par ma box pour rejoindre le cœur de réseau de l'opérateur, je n'ai pas constaté de dégradation significative de la bande passante disponible pour les micro-ordinateurs, même quand j'utilise l'Internet depuis mon smartphone...

Pour autant, c'est une solution purement familiale qui ne résoud pas tout : en effet, un abonné SFR passant dans mon quartier n'aura pas accès aux femtocell des habitants et il subira les effets de l'éloignement des antennes restantes : ainsi quand des amis abonnés chez SFR viennent me rendre visite, ils ont le plus grand mal à accrocher le réseau... et c'est le cas aussi pour les gens qui circulent dans les rues, « à l'ombre des immeubles ». Car quelques mois après, à ma connaissance, l'antenne n'a pas été réinstallée sur un autre immeuble du quartier et je me demande si elle le sera un jour...

Aversion aux antennes-relais et électrosensibilité

En effet, il ne vous a pas échappé que les antennes de téléphonie mobiles constituent un sujet sensible, pour ne pas dire polémique. Dans le contexte d'une règlementation stricte, une association comme « Robin des toits » mène un combat intense contre l'installation de nouvelles antennes-relais, quand ce n'est pas carrément pour obtenir la désinstallation de certaines antennes. La médiatisation de cas d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques notamment dans des reportages télévisés et des articles de la presse magazine ou de la presse quotidienne régionale a suscité la création d'un « Collectif des électrosensibles de France » et entraîné une certaine méfiance de la population :

Il ne m'appartient pas de prendre position sur ce sujet délicat, je n'ai strictement aucune compétence pour cela et même les instances spécialisées ont du mal à trancher. Mais je pense que cela va avoir des conséquences lourdes sur la qualité des réseaux mobiles dans notre pays, et voici pourquoi.

Plus de 50.000 antennes relais aujourd'hui, combien dans 10 ans ?

La grande vague de déploiement des réseaux mobiles s'est produite au tournant du siècle, il y a une dizaine d'années, et les baux d'occupation des toits à renouveler sont chaque année très nombreux. Il y a aujourd'hui environ 53.000 antennes-relais en France. S'il y en a autant, c'est notamment parce que les opérateurs n'ont pas choisi de mutualiser leurs installations... ce qui aurait peut-être été plus intelligent.

Je vous signale d'ailleurs qu'une carte interactive établie par l'Agence Nationale des Fréquences Radio vous permet de localiser toutes les antennes de téléphonie mobile, de télévision etc, situées près de chez vous comme en n'importe quel point du territoire français :

Cliquer pour la carte interactive de l'ANFR

Certaines antennes sont situées le long des autoroutes ou des voies ferrées et font l'objet de la part des sociétés d'autorouted ou de Réseau Ferré de France de concessions de long terme qui ne seront pas remises en cause. Mais dans les villes, grandes et petites, comme dans les villages ruraux, il y a des milliers d'antennes qui pourraient progressivement disparaître. Tout simplement parce que, comme cela s'est produit dans mon quartier, des copropriétaires vont renoncer au loyer acquitté par l'opérateur, qui peut atteindre quelques milliers d'euros par an, au nom du principe de précaution. Ce sera aussi le cas dans des petits villages où le maire, sous la pression des habitants qui sont aussi électeurs, devra faire démonter l'antenne installée sur le toit de la mairie ou au sommet du clocher de l'église. Vous imaginez alors un des habitants accepter de prendre une antenne sur son propre toit, au risque de se fâcher avec tout le village ?

Dans ce contexte de méfiance, quelle est la proportion de baux non renouvelés, parmi les milliers qui doivent être renégociés chaque année ? Je ne le sais pas, mais j'imagine que ce qui s'est passé dans mon quartier n'est pas un cas isolé.

Ainsi non seulement Free, le nouvel entrant sur le marché, pourrait avoir le plus grand mal à déployer son réseau mais ses concurrents historiquement installés risquent également de peiner à maintenir les leurs. Et ne parlons pas du déploiement d'antennes-relais pour la 4G, qui se heurtera aux mêmes oppositions.

Sans être particulièrement alarmiste, je suis convaincu que, dans les années à venir, le nombre d'antennes-relais va baisser inexorablement, et plus rapidement dans les grandes villes que dans les campagnes. Or c'est critique car c'est là que la demande en accès Internet mobile nécessite le plus de bande passante.

Habitant à Lyon, je constate d'ailleurs que la qualité de l'Internet mobile y est très largement meilleure qu'à Paris : alors qu'entre Rhône et Saône je dispose le plus souvent de 4 à 7 Mb/s de débit descendant, j'en ai moitié moins, voire à peine le quart quand je me déplace entre la Bastille et l’Étoile ! Je crains vraiment que la situation n'aille pas en s'améliorant...

Qu'en pensez-vous ?


Partant de plus de 50.000 antennes aujourd'hui, en restera-t-il 50.000, 45.000 ou même seulement 30.000 dans 10 ans ? Et du coup, quelle sera la qualité des réseaux mobiles dont nous disposerons ?

Lecteurs, je vous mets à contribution : avez-vous été témoins de semblables cas de désinstallation d'antennes près de chez vous ? Quelle a été alors la solution proposée par votre opérateur mobile ?

Au-delà, considérez-vous qu'il faille accepter une dégradation éventuellement significative de la qualité des réseaux mobiles, au nom du principe de précaution contre les éventuels dangers des ondes électromagnétiques à haute fréquence ?

Seriez-vous prêts, pour disposer d'un réseau de qualité correcte, à accepter l'installation d'une antenne sur le toit de votre immeuble, et sous quelles conditions ?

Le lien ZNet.fr
Abonnée FreeMobile : 11/01/2012
Wiko U Feel Prime Android 6.0.1 Marshmallow
Forfaits: 15.99€ le 11/01/2012 pour madame - 15.99€ le 12/01/2012 pour moi - 15.99€ le 26/09/2013 pour ma nièce.
Portabilité : Orange
SIM : Activée

Verrouillé