Forum Général Free Mobile > du rififi chez SFR

Forum principal Free Mobile. Posez vos questions, suggestions ou informations. Pour discuter de Free Mobile si votre sujet ne correspond à aucun autre ci-dessous.
Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

SFR: Numéricable sent que ça brule

Message par Falager » il y a 3 ans

il voudrait bien finaliser le fer tant qu'il est chaud.
il sent que le sucre d'orge va fondre sans lui...
Mais pitet que ses détracteurs vont muter après les municipales.


http://www.universfreebox.com/article/2 ... urencherir

Numéricable voudrait boucler les négociations avec SFR avant la fin de la semaine, sans surenchérir
publié le 25 mars 2014 à 15h42 par Arthur Velicitat

Vivendi est rentré en négociations exclusives avec Altice, et ce, jusqu’au 4 avril. Cela n’a pas empêché Bouygues de surenchérir jeudi dernier, portant la partie cash à 13,15 milliards d’euros, soit 1,85 milliard supplémentaire. L’opérateur bleu ciel poursuit sa bravade jusqu’au bout, et à même proposé hier, une clause de non-exécution, décidément prêt à tout pour attirer l’attention.

En face, Altice et Numéricable ont indiqué ne pas vouloir relever leur offre, sous couvert de leur période d’exclusivité. Les analystes s’attendent pourtant au contraire. L’agence Bloomberg rapporte que Vivendi serait en attente d’une surenchère d’Altice, citant des sources proches du dossier, quand bien même l’offre de Numéricable serait toujours la plus séduisante pour Vivendi.

Malgré la pression des analystes, Numéricable n’envisagerait pas de modifier son offre, rapporte le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

"L’offre d’Altice a été retenue en prenant en compte tous les critères du conseil de Vivendi ; ces critères n’ont pas changé" écrit le Wall Street Journal. Le quotidien précise aussi que Patrick Drahi serait en ce moment en phase finale, cherchant à sceller un accord avant le 4 avril, date signant la fin de l’exclusivité. Les Echos confirment, et indiquent que Numéricable espère boucler les négociations cette semaine.

Un représentant d’Altice confirme aussi que Numéricable serait bien en train de trouver un accord définitif avec Vivendi, rapporte Bloomberg.
Modifié en dernier par Falager le Mer 26 Mar 2014 05:57, modifié 1 fois.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Adsense
Publicité
Cette publication permet de nourrir les puinguins.
Merci pour eux, et la survie de ce forum.

Message par Adsense » il y a quelques secondes

Enregistrez-vous pour ne pas voir cette publicité.
Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

Droit dans les yeux... Tapis....
J'imagine bien Xavier se réjouir de ramasser le futur bébé à la cuillère.
Quoique l'eau du bain Numéricable risque d'être malodorante...
Faire du câble au lieu de la fibre, autant revenir à l'age de pierre...
Faudra tirer la chasse tout simplement et extirper le bébé SFR.
Mais Martin est aussi là tout prêt à grailler le bébé. Et ce sera à moindre cout que ce qu'il propose actuellement !
Et puis le changement des "pilotes" de Matignon. Va-t-on changer de direction ?
Que d'émotions Thierry ! Le feuilleton du printemps.....
Je ne cèderais pas ma place pour rien au monde...
Sus Sus ! Pourfendez-les, hissez les haut et court ! Taïaut Taïaut ! :o :roll:

http://www.universfreebox.com/article/2 ... r-les-prix

SFR-Numericable serait incapable de rembourser sa dette si Free continue de casser les prix
publié le 25 mars 2014 à 16h42 par Thomas Braun

Alors que le cabinet Sextant estime que le rachat de SFR par Bouygues menace 1600 à 3000 suppression d’emploi, l’herbe n’est pas plus verte dans le scénario où c’est Numericable qui s’offre SFR.

Bien au contraire, si aucune estimation concernant les emplois menacés dans un rapprochement SFR-Numericable n’est donné par le cabinet d’étude, ce rapport remet en cause la capacité d’Altice-Numéricable à se relever après s’être endetté pour racheter SFR.

La cabinet met en doute la capacité de SFR-Numericable de "pouvoir faire face à ses échéances de remboursement" le tout "sans avoir à recourir à de nouveaux plans de restructuration."

Pour le cabinet Sextant, "rien n’est moins sur compte tenu de l’incertitude qui pèse sur l’avenir du marché des télécoms." Pour eux la pression de la dette "ne sera tenable que si l’intégralité des synergies sont réalisées et que le marché n’opère pas de nouvelle rupture tarifaire." Si Free poursuit ses offensives tarifaires notamment sur le mobile

Autrement dit, Numericable pourra passer le cap du rachat de SFR que si Free Mobile reste sage le temps que Numericable puisse être en mesure de rembourser sa dette. Quand aux synergies crées par la fusion des entités Numericable-SFR, le cabinet les estime "très ambitieuse."

Ils s’interrogent donc également sur les "conséquences sociales du projet." Des emplois et la survie de la nouvelle entité serait donc cette fois en jeu.

Source : La Tribune

http://www.latribune.fr/technos-medias/ ... ienne.html

Guerre des prix sur la 4G : le gouvernement veut que le régulateur des télécoms intervienne
latribune.fr | 22/12/2013, 16:02

Le gouvernement hausse le ton face à la guerre des prix dans les télécoms. La ministre des PME de l'innovation et de l'économie numérique veut que l'Arcep, le gendarme des télécoms, retrouve son pouvoir de sanctions pour réguler la compétition entre les quatre opérateurs dans la 4G et qui menace de s'étendre à l'internet fixe. Le risque est clair : que la bataille fasse un "mort" au détriment de l'emploi.

La ministre à l'Innovation Fleur Pellerin veut "remettre de l'ordre" dans la téléphonie mobile, en redonnant un pouvoir de sanctions à l'autorité du secteur, au moment où ce secteur est en proie à une intense guerre de prix et le théâtre d'invectives entre opérateurs.

Dans une interview dimanche au journal Le Parisien, la ministre juge nécessaire de "remettre de l'ordre dans ce secteur" et qu'il faut rendre à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) le pouvoir de sanctions, qui lui avait été enlevé en juillet à la suite d'une décision du Conseil constitutionnel.

"Nous allons corriger cette situation début 2014 par voie d'ordonnance. Nous allons rendre son bâton au gendarme des télécoms", annonce Fleur Pellerin. La ministre avertit notamment que "si les engagements de couverture ne sont pas respectés, des sanctions dissuasives (astreintes financières, suspensions de licences, etc) seront prises".

A propos des déclarations des différents opérateurs ces derniers jours par médias interposés, Mme Pellerin a estimé que ces "invectives relèvent de la cour de récréation et (elle n'est) pas leur surveillante en chef". Elle déclare également que début 2014 un arrêté régulant la publicité pour mobiles sera mis en place par son ministère et le ministre de la Consommation Benoit Hamon.

"Comme pour la publicité des opérateurs sur le très haut débit, il imposera aux opérateurs de communiquer non plus sur des débits maximum théoriques mais sur des fourchettes de débit effectif", explique Mme Pellerin.

Interrogée sur la viabilité du fait d'avoir quatre opérateurs 4G en France, la ministre indique que le gouvernement doit aujourd'hui "assumer les conséquences de décisions prises par d'autres" et qu'il ne "peut pas décider d'un claquement de doigt d'en supprimer un".

"S'il y a des rapprochements, l'Autorité de la concurrence se prononcera. Nous n'en sommes pas là", conclut toutefois Fleur Pellerin.

Contagion de la guerre des prix à l'internet fixe

Tout cela intervient alors que la polémique ne faiblit pas. La guerre des prix sur la téléphonie mobile 4G qui a animé le marché des télécoms depuis dix jours pourrait maintenant s'étendre aux offres fixes des opérateurs, jusqu'ici relativement épargnées, faisant craindre une mise en danger de l'investissement et de l'emploi dans le secteur.

Le patron d'Iliad, Xavier Niel, qui a déclenché dès le début 2012 une première guerre des prix du mobile en proposant à son arrivée sur le marché des tarifs particulièrement bas pour la téléphonie mobile 2G et 3G, a relancé les hostilités début décembre en proposant la 4G au prix de la 3G, obligeant ses concurrents à lui emboîter le pas.

Cela a notamment été un rude coup pour Bouygues Telecom qui a fortement investi pour bénéficier au mieux de l'autorisation qui lui a été donnée de pouvoir utiliser pour la 4G la fréquence 1.800 MHz pour laquelle il possédait déjà une infrastructure. Cela lui a permis d'ouvrir commercialement son réseau avec un avantage concurrentiel en termes de couverture de la population.

La riposte du PDG du groupe Bouygues, Martin Bouygues, a donc été sanglante. Il a indiqué jeudi au quotidien le Figaro qu'il allait "déclarer la guerre dans l'internet fixe" en cassant les prix pour réduire les marges de son concurrent Xavier Niel.

"Dans l'Internet fixe, la fête est finie. Nous allons faire faire 150 euros d'économie par an aux abonnés du fixe qui choisiront ce service, ce qui fait une économie de 12,5 euros par mois. Qui dit mieux? Que Xavier Niel fasse la même chose s'il en est capable!" a déclaré M. Bouygues.

Bouygues Telecom "ne dispose pas d'une part de marché très importante sur le fixe aujourd'hui", rappelle Adrien Bourreau, expert dans le secteur télécom chez Kurt Salmon. "C'est le Petit Poucet sur le fixe, et c'est pour cette raison qu'il peut se permettre de menacer de casser les prix", estime-t-il.

Surenchère inquiétante

"Cette déclaration est une très mauvaise nouvelle pour tous les acteurs car les prix du fixe se tenaient relativement bien jusqu'à présent", assure pour sa part un analyste parisien souhaitant conserver l'anonymat. "Si Bouygues casse les prix sur le fixe, cela aura un impact sur les autres", affirme-t-il ajoutant que même si la marque Iliad est "très puissante", "c'est sûr qu'ils perdront des clients".

Les opérateurs traditionnels sont cependant "relativement bien armés par rapport à Free pour se protéger sur le fixe", alors que c'est le "talon d'Achille" du quatrième opérateur, Bouygues, assure cependant Thibaut de Smedt, directeur associé dans la banque d'affaires Bryan, Garnier&Co, qui se demande si Free ne va pas "être pris à son propre piège".

En effet, ce sont les confortables marges de 40% que Free fait dans le fixe - où il a néanmoins contribué à faire baisser les prix des offres combinées internet-téléphonie-télévision avec sa propre box- qui lui permettent de casser ainsi les prix dans le mobile, selon les analystes. Le titre d'Iliad a d'ailleurs plongé vendredi à la Bourse de Paris. Il a cloturé en baisse de 10,37% à 149,6 euros, dans un marché en hausse de 0,40%.

La surenchère à laquelle se livrent les opérateurs inquiète aussi le gouvernement comme le patronat qui se demandent quelles conséquences elle aura sur l'investissement à l'heure où le pays s'équipe en fibre optique, mais aussi sur l'emploi.

Montebourg prédit "la mort" d'un des quatre opérateurs français

Le président du Medef Pierre Gattaz a ainsi appelé vendredi les opérateurs à la prudence dans la guerre des prix qu'ils se livrent pour éviter "encore du chômage supplémentaire".

Les propos du président du Medef font écho aux déclarations du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui a mis en garde cette semaine contre "une guerre des prix ravageuse" susceptible de provoquer "la mort" d'un des quatre opérateurs français.

Pour M. De Smedt, cette conclusion semble inéluctable. "Ce qui est clair c'est qu'il y a un opérateur de trop. Il y a un jeu de concentration qui va par la force des choses s'opérer en France". Cependant, "rien n'est écarté", cela pourra se faire "par des jeux de mutualisation de réseau ou par des opérations plus capitalistiques", souligne-t-il.
Modifié en dernier par Falager le Mer 26 Mar 2014 05:57, modifié 1 fois.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

Free mobile a proposé 1,8 milliards dans le rachat du réseau Bouygues après le rachat de SFR.
Il a visé trop court !
Cela lui coutera 3 milliards minan. et pour un réseau moindre.
Pire, c'est cette sous-enchère qui a vu la propal Bouygues se faire battre par celle de Numéricable.
Priez pour qu'il puisse racheter sa faute.



http://www.universfreebox.com/article/2 ... -analystes

Free Mobile devra investir trois milliards si Bouygues ne rachète pas SFR, selon des analystes
publié le 25 mars 2014 à 19h10 par Thomas Braun

Selon le Credit Suisse, si Free serait un grand gagnant dans le secteur télécom si Bouygues rachetait SFR, en récupérant ses 15 000 antennes et une partie de ses fréquences, il estime à trois milliards d’euros les investissements que devraient réaliser le groupe Iliad/Free pour déployer son réseau mobile et ses antennes.

Pour le moment, un accord a été trouvé entre Bouygues et Free dans le cas ou Bouygues raflerait SFR. Free débourserait dans ce cas là 1,8 milliards d’euros comprenant des fréquences et 15 000 antennes. Il n’aurait ainsi qu’à les raccorder à son coeur de réseau et faire les travaux d’adaptation nécessaire ce qui devrait prendre un peu de temps et d’argent, mais beaucoup moins que s’il n’avait à déployer tout seul son réseau.

Le Crédit Suisse a donc émis un avis "Neutre" sur le cours de bourse d’Iliad avec un objectif de cours à 145 €.

Source : TradingSat

Merci à CB2100
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

Les employés de SFR tremblent
Les syndicats exigent des engagements
Les 2 prétendants potentiels répondent
Tout irait bien dans le meilleur des mondes.... pour l'instant....

http://www.universfreebox.com/article/2 ... laries-SFR

Bouygues et Numericable répondent aux salariés SFR
publié le 26 mars 2014 à 10h05 par Thomas Braun

Hier l’intersyndicale SFR interpelait Numéricable et Bouygues Télécom les incitants à s’engager sur l’emploi, notamment en garantissant l’absence de licenciement pendant 4 ans.

À peine 24 heures après la demande des syndicats, la réponse des deux acheteurs pourrait être un élément décisif dans le choix de Vivendi.

Numericable, qui a l’avantage de l’exclusivité des négociations jusqu’au 4 avril, souhaite désormais en finir au plus vite, il a directement répondu aux syndicats par voie postale et s’est déclaré prêt à formaliser les engagements demandés.

Du côté de Bouygues, on réitère les engagements pris publiquement par Martin Bouygues et la lettre envoyée au Ministre du Redressement productif sur le maintien des emplois. Le porte-parole de Bouygues Télécom rappelle également "l’importance de la politique sociale dans le groupe, dont les premiers actionnaires sont les collaborateurs".

Hier, le rapport du cabinet Sextant était dévoilé, lequel estimait que les deux offres présentaient des risques pour l’emploi dans la nouvelle entité.

Source : le Figaro

http://www.universfreebox.com/article/2 ... et-Sextant

Rachat de SFR par Bouygues : au moins 1600 à 3000 postes menacés chez SFR selon le cabinet Sextant
publié le 25 mars 2014 à 15h35 par Thomas Braun

Alors que les l’intersyndicale UNSA, CFDT, CGT et CFE-CGC de l’opérateur SFR attendent des engagements sur le maintien de l’ensemble des emplois pendant 4 ans, un rapport du cabinet Sextant estime, entre 1600 et 3000 postes, le nombre d’emplois supprimés si Bouygues venait à racheter SFR.

Selon ce rapport que La Tribune s’est procurée ce rapport mandaté par le comité d’entreprise de SFR. Selon ce rapport, le scénario Bouygues-SFR est celui qui permettrait de dégager "le plus de synergies" mais qui est également le plus risqué concernant l’emploi de toute la filière télécom.

Avec un effectif total de 8 500 postes pour SFR et 7 500 pour Bouygues en dehors du réseau de boutiques, le cabinet relève "une structure d’emploi relativement similaire, avec une part de cadres assez proche." SFR dispose ainsi de 66 % de cadres contre 55% pour Bouygues. En comparaison Iliad-Free ne dispose que de 11% de cadres et 39% pour l’autre acheteur Numericable.

La cabinet note également une implantation géographique dans les mêmes bassins d’emplois notamment en Ile de France avec 60 % des effectifs. Pour le cabinet, la fusion Bouygues-SFr présente "des doublons évidents" sur environ 1500 postes et compte tenu de la volonté de réduire de 10 % les dépenses opérationnelles, le cabinet estime entre 10 à 20 % des effectifs, le nombre de postes menacés, soit 1600 à 3 000 postes.

A cela s’ajoute les effectifs des boutiques qui n’ont pas été comptabilisés dans cette étude et qui porte ce chiffre à la hausse.

Pour le cabinet, ce sont "les équipes marketing mobile, réseaux et supports" qui seront "certainement les plus touchées dans les deux structures, ainsi que les réseaux de distributions physiques."

L’étude note également que SFR, qui ne dispose de boutiques que via ses deux distributeurs SFD et 5sur5, pourrait conduire à une "baisse d’effectif chez ses fournisseurs" et conduire à un impact négatif sur d’autres prestataires de SFR comme TDF, Veolia, Capgemini, Atos, Steria, Huawei, NSN, Alcatel-Lucent et Téléperformance. Si la fusion des deux opérateurs aura selon le cabinet "sans aucun doute, un impact négatif", ce dernier est pour le cabinet d’analyse, "difficile à estimer."

Du côté des syndicats Bouygues Télécom, si l’on s’inquiète du sort des "1300 salariés qui s’occupent du réseau" et des "700 personnes de l’informatique" en demandant une formalisation des engagements sur l’emploi, on soutient majoritairement le rachat.

--------------------------------------

Donc dans 36 à 48 mois, on peut faire des licenciements massifs.
ça tombe bien. Il faudra au moins 12 mois pour muter le réseau, et 12 mois pour réorganiser l'ensemble. Juste dans le créneau pour dégraisser par la suite... ça laisse tout de même 36 mois pour trouver du boulot ailleurs...
Et si besoin, il suffit d'être déficitaire pour licencier avant. Et un LBO, ça le connait, en expatriant les bénéfices ailleurs...


http://www.universfreebox.com/article/2 ... umericable

L’intersyndicale SFR prend acte des engagements de Bouygues et Altice
publié le 29 mars 2014 à 03h13 par Fouzi Habibi

L’intersyndicale SFR (UNSA, CFE CGC, CFDT et CGT) a annoncé ce vendredi qu’elle prenait « acte des engagements » pour l’emploi d’Altice (Numéricable) transmis le 26 mars, et ceux du groupe Bouygues transmis le 27 mars par voie de presse qui prévoient « de maintenir sans condition l’emploi et les statuts sur l’ensemble du périmètre qui pourrait être formé par le nouvel ensemble ».

L’intersyndicale se réjouit surtout que « le mieux disant social et le maintien de l’emploi deviennent un objet de concurrence entre les deux groupes candidats à la reprise », et attend que ces engagements soient concrétisés par « un accord signé par les différentes parties sur la base des propositions qu’elle a faites dans son projet du 25 mars » dont nous vous faisions l’écho dans cet article. Pour l’intersyndicale, le maintien de l’emploi, des périmètres, des statuts et des conditions de travail doivent être au coeur de l’avenir de SFR.

L’intersyndicale SFR souhaite que « Vivendi fasse le meilleur choix du le meilleur projet, le plus sécurisant pour l’emploi, parmi les 3 à l’étude : Altice, Bouygues ou l’introduction en bourse de SFR », et appelle également le gouvernement « à concrétiser par les moyens qui sont les siens, le maintien dans l’emploi dans le secteur des télécommunications pour que les salariés de la filière ne soient pas comme d’autres, victimes de la spéculation financière ».

Saison 4 - épisode 4... de la série Scène de ménage - le rachat de SFR

Pour rappel, suite à l’appel des syndicats de l’opérateur en vente de ne pas licencier pendant 48 mois, Bouygues et Numericable ont finalement fait une contre-proposition couchée sur papier et envoyée aux syndicats.

Du côté de Numericable, le groupe de Patrick Drahi a pris des engagements mercredi dernier. Ces derniers prévoient de ne pas licencier pendant 36 mois, tout en se laissant néanmoins la possibilité de revenir sur cet engagement "en cas de revirement de l’environnement économique". Cette période de 3 ans débuterait dès la fin de la période de négociations exclusives avec Vivendi. Face à Patrick Drahi, Martin Bouygues. Ce dernier a déposé une contre-offre aux syndicats qui prévoit également 36 mois sans licenciement, « sans ambigüité ». Ce délai de 3 ans démarrerait du coté de Bouygues, à compter de la signature de l’accord de rapprochement.
Modifié en dernier par Falager le Sam 29 Mar 2014 09:15, modifié 3 fois.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

1 milliard en dessous de table ?
Vloilou de quoi calmer les aigreurs d'estomac de Bolloré.
Demain, ce sera pitet son poids en or non ?
On croirait presque voir Iznogoud en babouches et turban...


http://www.freenews.fr/spip.php?article14567

Rachat de SFR : Bouygues promet une belle clause de non-exécution

Un gros chèque en cas d’échec

Bouygues et Numericable, les deux candidats au rachat de SFR ont promis au groupe Vivendi de le dédommager grassement en cas d’invalidation du rachat — par les autorités concurrentielles, en particulier.

C’est La Tribune qui révèle en premier l’existence d’une telle clause dans le dossier de Bouygues : le montant de l’indemnisation promise à Vivendi se situerait « entre 500 millions d’euros et un milliard d’euros », selon le journal. La somme, colossale, permettrait à Bouygues de s’attirer les faveurs de Vivendi.

Rappelons que les craintes du groupe Vivendi portaient essentiellement sur la complexité réglementaire du projet Bouygues, qui implique une fusion de deux réseaux, la vente d’un réseau mobile à un opérateur tiers (Free Mobile), etc. En promettant une compensation intéressante au conseil de surveillance en cas d’échec du rachat, ou dans le cas où les conditions imposées par les autorités le rendrait bien moins intéressant, Bouygues espère en regagner les faveurs...

Mais Numericable n’a pas négligé cet aspect non plus, puisque selon BFM Business, le câblo-opérateur avait également inclus une telle clause dans son dossier de rachat. Plus modeste, la compensation devrait s’élever à 200 millions d’euros, selon les informations glanées par le site web.

À l’inverse, si Vivendi rejette finalement le dossier de rachat de Numericable (les deux acteurs sont en période de négociations exclusives jusqu’au 4 avril), il n’aura aucune indemnité à lui verser.

Sources : La Tribune, BFM Business
25.03.2014 15:28 - Presse - Yoann Ferret
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Bataclan
Modérateur
Participation dans ce sujet : 17
Messages : 5346
Enregistré le : il y a 6 ans
Localisation : 01580 IZERNORE

Message par Bataclan » il y a 3 ans

Vivendi met la pression sur Numericable pour qu’il augmente son offre de rachat.

Alors que Bouygues Telecom a fait une nouvelle proposition de rachat pour SFR, Vivendi en négociations exclusives avec Numericable lui demande de revoir son offre.

Bouygues propose désormais 13 milliards d’euros en cash pour racheter SFR et offre des garanties, notamment en cas de refus de l’ARCEP, pour indemniser Vivendi. De ce fait, Vivendi qui est en pleine négociation avec Numericable, demande à ce dernier de revoir son offre à la hausse.

On dirait bien que Vivendi veut vendre absolument à Numericable et fait en sorte que la pilule passe mieux auprès de tout le monde. Oui, sauf que Bouygues Telecom annonce déjà être en capacité d’enchérir encore son offre ! Martin veut SFR coûte que coûte !

Le lien FreeIphone.
Abonnée FreeMobile : 11/01/2012
Wiko U Feel Prime Android 7.1.1 Nougat
Forfaits: 15.99€ le 11/01/2012 pour madame - 15.99€ le 12/01/2012 pour moi - 15.99€ le 26/09/2013 pour ma nièce.
Portabilité : Orange
SIM : Activée

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

Xavier, tu vas devoir te fendre d'un milliard supplémentaire ?
A moins que tu ne veuilles la ruine de Martin, après celle de Numéricable ?
La partie de poker continue.... Quel suspense !
Pendant ce temps, on prépare les cartons à Matignon et à Bercy...
PS: à Bercy, y'a pas que du sapin, mais aussi Qui rote et de la Fleur


http://www.universfreebox.com/article/2 ... a-victoire

Bouygues chercherait encore à améliorer son offre sur SFR pour s’assurer de la victoire
publié le 26 mars 2014 à 13h43 par Olivier Viaggi

Pour Bouygues, la dernière offre faite à Vivendi pour le rachat de SFR est presque sa dernière chance de survie dans ce monde de télécoms devenu très concurrentiel depuis l’arrivée de Free. C’est pourquoi il est primordial de mettre toute les chances de son coté. Sa deuxième proposition faire à Vivendi améliorait déjà le versement de cash de 1,85 milliards d’euros et baissait la participation de Vivendi à 21,5% dans le nouveau groupe SFR/Bouygues Télécom.

Bouygues le sait bien, ce qui compte pour Vivendi c’est de sortir au plus vite de SFR et donc c’est l’offre qui proposera le plus de cash et la plus petite participation dans le nouveau groupe qui sera la plus susceptible d’être choisie.

Ce message a été reçu 5/5 par le groupe de BTP et c’est pourquoi, selon des informations rapportées par Reuters, il serait-en train d’améliorer son offre, en cherchant de nouveaux investisseurs, ce qui permettrait d’augmenter le cash versé à Vivendi tout en faisant baisser sa participation dans le nouvel ensemble. Bouygues "est en train d’envoyer un dossier à un large spectre d’acteurs, de banques, d’assureurs et de sociétés de capital-investissements", a expliqué une source proche du dossier à Reuters. "Désormais, nous sommes à la recherche de davantage d’investisseurs pour améliorer encore la partie en numéraire et offrir à Vivendi une sortie rapide", a-t-elle ajouté. Interrogé par la Tribune, le groupe Bouygues a confirme qu’il « travaille de façon à donner l’option à Vivendi au closing, de vendre plus d’actions de la nouvelle entité si Vivendi le souhaite. »

Le journal économique a interrogé des analystes sur ce que pourrait être cette offre améliorée et 2 scénarios se dessinent. Bouygues pourrait proposer « une offre intégralement en cash » estime un de ces analystes, ce qui supposerait que Bouygues trouve environ 2 milliards d’euros Un autre scénario pourrait être « une participation ramenée à 5% ou 10% du capital » estime un autre analyste.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

Une nouvelle étape est prête à être franchie.
Bluff de Martin ? Exaspération menaçante ?
Drahi refuse de se mettre dans le noeud coulant.
Xavier passe son tour.


http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2014/ ... bunaux.php

La bataille pour SFR menace de finir devant les tribunaux
Par Bertille Bayart Mis à jour le 26/03/2014 à 21:52

Cela va faire une semaine que le groupe Bouygues a déposé chez Vivendi une nouvelle version de son offre d'achat de SFR. Une semaine, et depuis… rien! ­Vivendi reste muré dans le silence, se refusant à tout commentaire depuis le communiqué laconique du 20 mars qui confirmait le dépôt de cette offre mais rappelait que «le conseil de surveillance (avait) décidé le 14 mars dernier d'entrer en négociations exclusives avec Altice pour une période de trois semaines». ­Résultat, la tension monte, avec un risque croissant que ce dossier explosif finisse, quelle qu'en soit l'issue, devant les tribunaux.


http://www.universfreebox.com/article/2 ... e-Bouygues

Rachat de SFR : "ces démarches hostiles masquent la faiblesse du projet de Bouygues"
publié le 27 mars 2014 à 15h39 par Arthur Velicitat

Alors que Martin Bouygues tire ses dernières cartouches pour s’accaparer SFR, Vivendi se trouve dans une position particulière. D’un coté, la fidélité promise à Altice, et ce jusqu’au 4 avril, de l’autre, le dernier menu proposé par Bouygues Telecom : 13,15 milliards d’euros tout chaud en cash, accompagné de 21,5 % du capital de la nouvelle entité, sur coulis de 15 milliards d’euros de synergies. En dessert, Martin réitère ses promesses sur l’emploi et l’investissement.

Le PDG de Bouygues a été clair, son offre ne tient que jusqu’au 8 avril. Soit 4 jours après la fin de la période d’exclusivité accordée à Altice par Vivendi. Cette situation posait quelques problèmes, d’abord pour les actionnaires minoritaires de SFR, qui via une lettre à Jean-René Fourtou, le sommant d’étudier les deux offres de manière objectives. Ceci n’étant pas prévu dans le cadre de la période d’exclusivité liant SFR et Numéricable, la menace de "plusieurs milliards d’euros de préjudice" planait sur Vivendi, si le conseil de surveillance défiait son propre engagement.

Pour résumer, Bouygues claque des dents : "En droit des sociétés, Vivendi doit prendre la meilleure décision dans son intérêt. Il a donc l’obligation de revoir notre offre, de la recomparer. C’est une situation nouvelle. Vivendi ne pourra pas prouver sa bonne foi devant les tribunaux s’il continue les négociations avec Numericable" expliquait une source proche de Bouygues aux Echos.

S’il en était ainsi, Numéricable pourrait lui aussi en venir au tribunal : "L’exclusivité signifie que le vendeur n’a pas le droit de discuter avec d’autres parties pendant la période des trois semaines. Si ce principe n’est pas respecté, des recours pourraient être envisagés", lit-on aussi dans les Echos.

La tension qui commençait à atteindre un niveau curieux, monte d’un cran aujourd’hui, lorsque Jean-René Fourtou a promis via une lettre à Martin Bouygues "d’examiner cette offre avec toute la rigueur nécessaire", mais toujours "en application de stricte de notre engagement d’exclusivité".

Pendant ce temps, dans les gradins, les analystes sont en feu. Une étude du courtier Kepler Cheuvreux indique que le projet de Numéricable totalise 14 milliards d’euros post-synergies, contre 15 milliards pour Bouygues.

Le trouble s’épaissit lorsqu’une source proche d’Altice confie à ZDNet.fr : "ces interventions, ces démarches hostiles masquent clairement la faiblesse du projet de Bouygues". L’agitation semble équivalente des deux cotés.

"Vivendi va-t-il prendre le risque alors que les négociations avec Altice sont déjà bien avancées ? Car les deux groupes en sont à détailler l’exécution du projet, nous sommes déjà d’accord sur de nombreux points. On peut également s’interroger sur le ton menaçant de Bouygues, difficile de croire que cela va servir leur relation avec Vivendi... ", poursuit-elle.

"Numericable s’est engagé formellement auprès de Vivendi en matière d’emploi, on attend toujours la même chose du côté de Bouygues : des engagements, pas des promesses." Tacle en conclusion la source de ZDNet.

Tout est désormais en mains de Vivendi, qui devrait prendre sa décision sans plus tarder, sauf hypothétique surenchère. "Numericable se doit de surenchérir d’1 milliard d’euros s’il veut emporter le morceau" rappelle Kepler Cheuvreux à Wansquare.
Modifié en dernier par Falager le Jeu 27 Mar 2014 17:30, modifié 1 fois.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

http://www.universfreebox.com/article/2 ... e-Bouygues

Vivendi a prévenu Numericable qu’il examinait l’offre de Bouygues
publié le 27 mars 2014 à 17h08 par Thomas Braun

Alors que Vivendi s’apprête à examiner ce soir, via son comité Ad Hoc, l’offre de Bouygues en respectant "l’application stricte de notre engagement d’exclusivité" avec le câblo-opérateur, ce dernier annonce également avoir même prévenu Numericable de sa démarche.

Pour Numericable, il n’y a pas de vice de procédure, mais restera vigilant à ce Bouygues et Vivendi ne se mettent pas autour d’une table pour négocier l’offre avant le 4 avril, date de fin de l’exclusivité de Numericable dans les négociations.

Du côté du câblo-opérateur, malgré ces annonces, on reste serein estimant avoir "une longueur d’avance dans les négociations."

La confiance est même de mise annonce, au Huffington Post, les représentants de Numericable : "nous fonctionnons en bonne intelligence avec Vivendi, nous n’avons pas le moindre doute que le cadre sera respecté."

Il faut dire que Vivendi risque gros s’il ne tient pas ses engagement. Ils devront examiner l’offre sans solliciter de plus amples explications à Bouygues faute de quoi, Vivendi pourrait être attaqué pour "violation du contrat d’exclusivité" et risquer de grosses pénalités financières. De l’autre, si Vivendi n’avait pas examiné l’offre de Bouygues avant le termes des négociations avec Numericable, il pourrait être attaqué par Bouygues pour "mauvaise foi dans les négociations".

D’ici le 04 avril prochain, Vivendi va donc marcher sur des oeufs, et devra trouver le moyen de ne frustrer ou léser aucune des deux parties sous peine de s’exposer à des procédures judiciaires longues et coûteuses, pouvant faire capoter l’ensemble des négociations effectuées jusqu’à maintenant.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

On voudrait manipuler les cours, on ne ferait pas mieux.
Et on se demande à quoi sert l'AMF. La sanction, ça existe non ?



http://bourse.lefigaro.fr/indices-actio ... se-1023810

Vente de SFR : le rappel à l’ordre du gendarme de la Bourse
Par Bertille Bayart | Publié le 28/03/2014 à 17:52

Gérard Rameix est président de l’AMF, le gendarme de la Bourse

Dans un entretien au Figaro, le président de l’AMF rappelle Vivendi, Bouygues et Altice Numericable à leurs devoirs de transparence.

Cela fait maintenant un mois que Bouygues et Altice-Numericable croisent le fer pour racheter SFR à Vivendi. Et, de communiqués en rumeurs de marché, leurs passes d’armes font réagir les cours de Bourse. Ce vendredi soir, le gendarme de la Bourse, l’Autorité des marchés financiers (AMF), siffle par communiqué la fin de la recréation et rappelle chacun à ses devoirs de transparence. Pas question pour l’AMF de départager les belligérants: «nous sommes tenus à une parfaite neutralité et à un strict respect de la présomption d’innocence», rappelle Gérard Rameix.

Le président de l’AMF le reconnaît: «La situation est assez inédite. C’est une compétition d’offres qui a un impact sur cinq sociétés cotées (Vivendi, Bouygues, Numericable et Iliad à Paris, Altice à Amsterdam, NDLR). Mais comme elle concerne une société non cotée, SFR, elle ne se déroule pas dans le cadre juridique habituel des offres publiques dont les obligations de communication par prospectus ou les calendriers sont strictement établis. Ici, nous évoluons dans le cadre général du droit boursier, celui de l’information permanente qui impose une information précise, exacte et sincère, notamment au sujet des opérations financières en préparation. Ce sont des règles exigeantes dans leur principe, mais générales dans leur expression».

Informations sensibles

Dans cette bataille, les uns et les autres n’ont pas choisi la même méthode. Bouygues a opté pour une communication bruyante, tandis que Vivendi et Altice jouent la discrétion. L’AMF ne décerne ni bon ni mauvais point. «Je comprends que pour les acteurs, l’information ou l’absence d’information est un élément de stratégie. Mais nous voulons que le marché ait une information complète et précise», insiste Gérard Rameix. L’AMF a ainsi réclamé des précisions sur d’éventuelles indemnités prévues en cas d’échec de l’opération, ou sur les conditions de sortie ultérieure de Vivendi du capital du futur opérateur fusionné avec SFR. Les caractéristiques des offres sont des informations sensibles que chacun doit rendre publiques, «notamment lorsqu’il n’est pas en mesure d’en préserver le secret».

Le gendarme de la Bourse ne porte pas de jugement sur la méthode de vivendi, sur la légitimité de l’entrée en négociations exclusives avec Altice, ou sur la surenchère de Bouygues depuis. «Mais le vendeur a lui aussi le devoir d’être rigoureux dans sa communication, qui nous a notamment paru insuffisante lors du choix d’Altice-Numericable, en particulier sur les conditions de liquidité future de sa participation».

Ce rappel à l’ordre de la part de l’AMF peut sembler tardif. «La prise de parole du régulateur est en soi une anomalie, le signe d’un malaise», explique Gérard Rameix selon qui le dialogue avec les sociétés, quotidien depuis le début de l’affaire, aurait dû suffire. «Mais dans ce dossier, nous avons un sentiment de vox clamens in deserto!» regrette-t-il. A bon entendeur ...


http://www.freenews.fr/spip.php?article14586

Rachat de SFR : l’AMF rappelle à l’ordre Vivendi, Bouygues et Altice

L’Autorité des Marchés Financiers avertit les trois groupes impliqués dans le rachat de SFR (Vivendi, Bouygues et Altice), qu’elle accuse d’un certain manque de transparence auprès des marchés.

Initialement rentré en négociations exclusives avec Altice (Numericable) jusqu’au 4 avril, Vivendi n’a pourtant pas hésité à considérer la nouvelle offre soumise par Bouygues et ce, malgré les risques juridiques. Derrière ces manœuvres et tractations, la stratégie des trois groupes devient de plus en plus difficile à comprendre...

L’AMF sonne donc la fin de la récréation en rappelant, dans un communiqué, qu’en tant que sociétés cotées en bourse, les trois groupes « ont l’obligation de fournir au marché une information exacte, précise et sincère ». Malgré sa demande d’informations supplémentaires aux trois concernés, ceux-ci n’ont pour le moment communiqué que des « réponses partielles » à ces interrogations.

L’Autorité tient à rappeler que, si elle n’a pas le pouvoir de communiquer à la place des sociétés, elle a la possibilité de les sanctionner en cas de manquement. En continuant leur petit jeu trouble, Vivendi, Bouygues et Altice « s’exposent à des risques de sanction en cas de non-respect de la réglementation boursière ».
31.03.2014 11:47
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

Il est de plus en plus évident que Bouygues craint de souffrir si Dragui l'emporte. Au point de faire la manche devant les églises du capitalisme.

http://www.universfreebox.com/article/2 ... rat-Qatari
http://www.freenews.fr/spip.php?article14587

Rachat de SFR : Bouygues tente de rallier le Qatar et les Dassault à son offre

Le 4 avril, date limite de la période de négociations exclusives entre Vivendi et Altice (Numericable) arrive à grands pas. Bouygues l’a bien compris et essaye, une fois encore, d’améliorer son offre via l’arrivée de nouveaux partenaires.

Tous les moyens sont bons pour renforcer, encore et toujours, la proposition de rachat de SFR soumise à Vivendi : c’est assurément ce que doit penser Martin Bouygues. Le Journal du Dimanche révèle que l’entrepreneur a passé les derniers jours à la recherche de nouveaux investisseurs, pour se joindre à son offre déjà soutenue par la Caisse des dépôts, entre autres.

Bouygues est ainsi en discussions avec le fonds souverain du Qatar, selon plusieurs sources rapportées par le JDD. Le Qatar se retrouve dans une position délicate, puisqu’il est déjà actionnaire de Vivendi... le vendeur. Autre piste envisagée : la famille Dassault, à la tête d’un des plus importants groupes français, qui aurait été jointe pour participer au tour de table.

Contactés par Bouygues, certains auraient refusé : c’est le cas de plusieurs fonds d’investissements, comme CVC, Kurazeo, KKR et Apollo, énumère le JDD, mais également de Philippe Louis-Dreyfus. L’armateur n’aurait pas vu l’intérêt de rejoindre une offre déjà soutenue par Pinault ou encore Decaux.

Source : le Journal du Dimanche
Modifié en dernier par Falager le Lun 31 Mar 2014 14:17, modifié 1 fois.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

http://www.universfreebox.com/article/2 ... e-des-prix

Retour à trois opérateurs : l’ARCEP n’est pas contre une "légère hausse des prix"
publié le 31 mars 2014 à 10h16 par Thomas Braun

Alors que depuis plusieurs mois l’ARCEP clame haut et fort, son refus de tout retour à trois opérateurs, un des membres du gendarme des télécoms vient enfin de sortir de son silence pour s’exprimer sur le rachat de SFR.

Pour lui, les grandes manœuvres de consolidations Numericable-SFR ou Bouygues-SFR n’ont rien avoir avec un passage de 4 à 3 opérateurs mobiles, pour lui "ce qui pousse la consolidation, ce n’est pas le mobile, mais la logique de la convergence fixe-mobile."

Les deux potentiels acheteurs de SFR souhaitent reprendre la main pour renforcer leurs positions et combler leurs faiblesses. Palier à son absence sur le mobile et bénéficier de la possibilité de récupérer un parc de clients sur son réseau fixe pour Numéricable, et, disposer d’un plus gros parc de NRA dégroupés pour Bouygues qui avait déjà signé un accord de mutualisation sur le réseau mobile.

Pour lui, si l’arrivée du quatrième opérateur mobile, Free, n’avait "pas pour but de déclencher une guerre des prix", le retour de quatre à trois opérateurs pourrait provoquer "une légère remontée des prix" qui ne poserait "pas forcément de problèmes tant que les clients obtiennent un bon service".

Enfin pour lui, il n’y aurait aucune raison pour que la Commission Européenne se saisisse du dossier pour le confier à la Direction de la concurrence de Bruxelles. Ce dossier devrait donc rester sous la houlette de l’autorité de la Concurrence française à moins que l’Etat Membre, en l’occurrence le gouvernement français ne le demande explicitement. Pour lui "le critère de chiffre d’affaires paneuropéen n’est pas rempli" pour que le dossier intéresse l’UE. Il estime néanmoins que ces affaires "sont très politiques. Si M.Almunia demande avec insistance le dossier, c’est très difficile de le lui refuser" estime le membre du gendarme des télécoms.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

http://www.boursorama.com/actualites/sf ... 62eacef465

SFR : l'offre de Bouygues Telecom prolongée jusqu'au 25 avril
AFP le 01/04/2014 à 08:27

Bouygues Telecom a annoncé mardi avoir prolongé la durée de la validité de son offre de reprise de l'opérateur téléphonique SFR, du 8 avril jusqu'au 25 avril.

La fin de la période de "négociations exclusives" entre le vendeur, Vivendi, et l'autre candidat à la reprise, Altice/Numericable, doit normalement prendre fin le 4 avril.


http://www.20minutes.fr/economie/133989 ... es-telecom

Rachat de SFR: Mais à quoi joue Bouygues Telecom?
Créé le 01/04/2014 à 18h04 -- Mis à jour le 01/04/2014 à 18h14

TELEPHONIE - Le groupe a décidé de prolonger son offre de rachat de SFR...

Et Bouygues Telecom revient sur le devant de la scène médiatique. Après quelques jours de silence dans le dossier du rachat de SFR, l’opérateur a annoncé mardi qu’il allongeait la validité de son offre. Fini la deadline du 8 avril, la proposition de Martin Bouygues tient désormais jusqu’au 25 avril.

Vivendi, propriétaire de SFR, a beau avoir annoncé le 14 mars dernier qu’il entrait en négociations exclusives jusqu’au 4 avril avec Altice, la maison-mère de Numericable, rien n’y fait: Bouygues l’éconduit ne veut pas lâcher l’affaire.
Bouygues a trop à perdre

Tout simplement parce qu’il a trop à perdre. «Numericable peut vivre sans mettre la main sur SFR, c’est plus compliqué pour Bouygues. S’il parvient à racheter SFR, il s’impose comme le numéro 1, mais s’il échoue, il sera le groupe le plus fragile dans un marché à quatre opérateurs», analyse Jean-Michel Huet, directeur associé du cabinet BearingPoint Management & Technology Consultants.

Pour Bouygues, l’enjeu est donc d’occuper le terrain en multipliant les annonces. Le 20 mars, il a d’abord renchéri son offre de 1,84 milliard d’euros en numéraire. Elle atteint désormais 13,15 milliards d’euros, contre 11,75 milliards pour Altice. Une semaine plus tard, il a joué la carte des emplois, en promettant de ne procéder à «aucun licenciement économique collectif, plan social, plan de départs volontaires» pendant 36 mois à partir de la signature de l’accord de rapprochement avec SFR. Et ce, sans aucune restriction, contrairement à Altice, qui garantit l’emploi «sauf revirement économique imprévisible».

Enfin, ce mardi, le groupe de Martin Bouygues a encore enfoncé le clou en expliquant s’être engagé à payer une indemnité de rupture de 500 millions d’euros «si les autorités réglementaires refusaient d’approuver l’accord de rapprochement (avec SFR) ou si Bouygues retirait sa demande d’autorisation compte tenu des remèdes [contreparties] exigés».
Rendre caduques les négociations exclusives

Ce forcing peut-il payer? «Bouygues n’a pas le choix. Vivendi n’a pas lancé de véritable appel d’offres. En termes de planning, de critères, de règles du jeu… Rien n’est clair», analyse un observateur. A tel point que l’Autorité des marchés financiers (AMF), le gendarme de la bourse, a tapé du poing sur la table la semaine passée et reproché à tous les acteurs impliqués, Bouygues y compris, l’opacité de leur communication financière dans la bataille pour le rachat de SFR.

En améliorant sans cesse son offre et en le faisant savoir aux salariés, aux actionnaires, aux pouvoirs publics et à l’opinion, Bouygues espère surtout rendre caduques les négociations exclusives actuellement menées entre Vivendi et Altice. «Le fait de proposer une offre mieux disante devrait obliger Vivendi à l’étudier, eu égard à l’intérêt des actionnaires», estime une source proche du dossier.

Il l’oblige en tout cas à faire un pas: sans renoncer aux négociations exclusives, Vivendi a affirmé la semaine passée qu’il avait regardé la contre-offre présentée par Martin Bouygues. «En allongeant la validité de son offre, Bouygues cherche à présent à relâcher la pression. L’idée est de donner le temps à Vivendi de discuter avec lui», estime un observateur.

Avant de retenir in fine la meilleure offre… C’est-à-dire celle qui sera la plus intéressante financièrement, la plus rassurante en termes d’emploi… Mais aussi la plus rapide à réaliser. Et c’est bien là le talon d’Achille de Bouygues: «D’un point de vue concurrentiel, le dossier est plus compliqué, donc forcément plus long à gérer pour Vivendi», conclut Jean-Michel Huet.

* Céline Boff
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

Tout change au gouvernement.
Même le personnage de Cervantes...
C'est la valse des opinions.

http://www.universfreebox.com/article/2 ... s-Bouygues

Arnaud Montebourg : "je ne soutiens pas Bouygues"
publié le 02 avril 2014 à 09h48 par Thomas Braun

Interpélé par un auditeur sur France Inter, Arnaud Montebourg répond aux critiques favoritisme vis à vis à l’offre de Bouygues plutôt que Numericable dans le rachat de SFR.

Le ministre du redressement productif affirme ne pas soutenir plus particulièrement une offre qu’une autre : "je ne soutiens pas Bouygues, je ne soutiens personne. Je n’ai pas d’amis dans la grande bourgeoisie française, j’ai des interlocuteurs et des exigences politiques."

Son soutien à l’offre de Bouygues et les menaces faites à Numericable ne correspondraient pas à des amitiés particulières mais à une stratégie du gouvernement pour le secteur :

"J’ai un problème c’est la guerre des prix dans le secteur des télécoms et la position du gouvernement était de soutenir un retour à trois opérateurs plutôt qu’à quatre dans les télécoms."

Numéricable ne disposant pas de licence mobile, s’il rachetait SFR, le marché des télécoms présenterait toujours quatre opérateurs.

Pour lui son unique préoccupation est de "sauver des emplois dans un secteur qui est en croissance."
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

http://www.universfreebox.com/article/2 ... -a-Vivendi

Rachat de SFR : Bouygues annonce qu’il propose 2 offres au choix à Vivendi
publié le 02 avril 2014 à 12h02 par Olivier Viaggi

Bouygues annonce ce matin que pour répondre aux souhaits de certains actionnaires de Vivendi, il maintient en vigueur son offre présentée le 12 mars. Celle-ci réservait à Vivendi une participation plus importante dans le capital du nouvel ensemble et donc une part plus élevée des synergies et de la création de valeur en résultant.

Au terme de cette offre, Vivendi recevrait 11,3 milliards d’euros en numéraire et 43% du capital du nouvel ensemble. Bouygues s’est engagé à faciliter la liquidité de la participation de Vivendi dans l’entité combinée. Vivendi bénéficie notamment d’une garantie pour toute diminution de valeur de sa participation en-deçà de 3,3 milliards d’euros, jusqu’à 2,3 milliards d’euros. Ce mécanisme laisserait à Vivendi l’intégralité de l’upside.

Bouygues précise que l’offre du 20 mars 2014 reste également en vigueur. Elle comporte une partie en numéraire de 13,15 milliards d’euros et la participation de Vivendi dans le nouvel ensemble s’élève à 21,5%. La date limite de ces deux offres est le 25 avril 2014. Vivendi pourra ainsi opter pour la solution qui lui paraîtra la plus satisfaisante.

Le groupe Bouygues propos donc deux offre au choix à Vivendi :
L’offre du 12 mars axée sur la création de valeur
L’offre du 20 mars privilégiant la composante en numéraire



http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tec ... ur-sfr.php

Bouygues augmente son offre sur SFR pour contrer Numericable
Par Elsa Bembaron Mis à jour le 04/04/2014 à 11:56

L'opérateur propose désormais 15 milliards d'euros pour acheter son concurrent, soit 1,85 milliard de plus que sa précédente offre. Le conseil de surveillance de Vivendi, propriétaire de SFR, se réunit en fin de journée.

Bouygues poursuit la surenchère: il propose désormais 15 milliards d'euros à Vivendi pour SFR, soit 1,85 milliard de plus que sa précédente offre. Vivendi détiendrait alors 10% du nouvel ensemble Bouygues Telecom-SFR

«Bouygues augmente par ailleurs la valorisation totale offerte à Vivendi pour SFR en lui octroyant une participation de 10% du capital du nouvel ensemble ayant une valeur de 1 milliard d'euros avant synergies. Cette offre valorise ainsi SFR pour Vivendi à 16 milliards d'euros avant synergies et 16,5 milliards d'euros en intégrant les 5 milliards d'euros de synergies sécurisées grâce aux économies résultant de la cession du réseau à Free», fait savoir le groupe.

Bouygues a fédéré autour de son projet des partenaires industriels et institutionnels qui investiront 2,85 milliards d'euros dans la nouvelle entité. Ces investisseurs incluent entre autres AXA, la Caisse des Dépôts, GIMD (famille Dassault, propriétaire du Figaro), JC Decaux Holding (famille Decaux), GIC (Fonds souverain de Singapour), Ontario Teachers Pension Plan Board, la famille Pinault et Reuben Brothers Ltd.

«La qualité de ce tour de table, constitué pour moitié environ d'investisseurs internationaux, souligne la pertinence du projet industriel de Bouygues et la création de valeur qui y est associée», fait valoir Bouygues dans son communiqué.
Modifié en dernier par Falager le Ven 4 Avr 2014 11:15, modifié 1 fois.
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Bataclan
Modérateur
Participation dans ce sujet : 17
Messages : 5346
Enregistré le : il y a 6 ans
Localisation : 01580 IZERNORE

Message par Bataclan » il y a 3 ans

Bouygues tacle Numericable avec un obstacle réglementaire au rachat de SFR


Alors que la pression de Bouygues Télécom sur Vivendi se relâche un peu, l’opérateur a décidé de tacler Numericable par derrière, pour le couper dans ses négociations à 2 jours de la fin de son exclusivité. Ainsi Bouygues vient de mettre le doigt-là où ça fait mal en ressortant un obstacle réglementaire au rachat de SFR par Numericable.

En effet, selon Bouygues, le rachat de SFR rentre dans le cadre de la réglementation sur les secteurs stratégiques qui permet au gouvernement de s’opposer au rachat d’une entreprise si elle n’a pas reçu un blancs-seing du ministère de l’économique.

Cette réglementation date de 2006 lorsque Pepsi avait lancé une fausse OPA sur Danone. L’Etat avait alors renforcé sa réglementation pour préserver des rachats par des groupes étrangers lorsque ces entreprises françaises exercent des activités lui permettant d’être "dépositaires de secrets de défense nationale."

Le rachat de SFR pourrait rentrer dans cette catégorie étant donné son statut d’opérateur téléphonique, sa contribution aux "interceptions téléphoniques de sécurité" et dans le cadre du niveau de sécurité exigé des infrastructures mobiles. Ces équipements sont notamment jugés d’importance vitale pour la défense nationale.

Avec le remaniement, cette autorisation devra donc être signée du nouveau locataire de Bercy, grand chef de l’économie jusqu’au numérique. Bouygues vient donc de fournir une clé essentielle au gouvernement pour bloquer le rachat de SFR par Numericable. Arnaud Montebourg, qui jusqu’ici, ne s’est pas montré très favorable au rachat d’une entreprise française par une holding luxembourgeoise côté à Amsterdam, pourrait bien se servir de ce nouvel argument.

Le lien UniversFreeBox.
Abonnée FreeMobile : 11/01/2012
Wiko U Feel Prime Android 7.1.1 Nougat
Forfaits: 15.99€ le 11/01/2012 pour madame - 15.99€ le 12/01/2012 pour moi - 15.99€ le 26/09/2013 pour ma nièce.
Portabilité : Orange
SIM : Activée

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

L'objecteur de conscience des petits actionnaires agit.
Mais peut-elle fouiller les manches des joueurs ?


http://www.universfreebox.com/article/2 ... noritaires

Vivendi refuse « l’intrusion perturbatrice » d’un huissier, mandaté par l’Association de défense des actionnaires minoritaires
publié le 03 avril 2014 à 04h21 par Fouzi Habibi

Décidément le rachat de SFR n’en finit plus de faire parler de lui ! Dans le cadre du projet de cession de SFR, et à la demande de Madame Colette Neuville, fondatrice et présidente de l’ADAM (association de défense des actionnaires minoritaires), un huissier a voulu intervenir au siège de Vivendi le 2 avril pour avoir accès à des documents. « Au vu du caractère extravagant de cette démarche, les avocats de Vivendi ont opposé un refus à cette intrusion perturbatrice et saisiront le juge des référés », explique le communiqué du groupe Vivendi.

Pour rappel, l’ADAM est montée au créneau en se fendant d’une lettre à Jean René Fourtou, président du conseil de surveillance de Vivendi pour lui « demander d’assurer la transparence de l’information en publiant les deux offres, telles qu’elles ont été adressées à Vivendi ». Pour l’association, l’offre de Numéricable n’a pas obtenu le succès boursier escompté : « L’action Vivendi montre clairement que le marché n’a pas accueilli avec enthousiasme le choix du conseil de surveillance de Vivendi pour l’offre de Numericable ».

L’ADAM a également demandé des informations concernant les prises de décisions au sein du conseil de surveillance et souhaite savoir si Vivendi à mandaté les conseils « d’un expert réellement indépendant - c’est-à-dire n’appartenant ni directement ni indirectement au syndicat bancaire qui finance l’opération ».
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Bataclan
Modérateur
Participation dans ce sujet : 17
Messages : 5346
Enregistré le : il y a 6 ans
Localisation : 01580 IZERNORE

Message par Bataclan » il y a 3 ans

Conflit d’intérêt manifeste" des banques dans le rachat de SFR par Numericable.

Le scandale prend de plus en plus d’ampleur avec la montée au créneau des actionnaires minoritaires de Vivendi qui dénoncent une opacité des offres concernant le rachat de SFR.

Ces derniers ont mandaté un huissier de justice pour récupérer des documents et "éviter que des preuves soient détruites" estime Colette Neuville, chef de la rébellion des actionnaires minoritaires. "On se demande ce qu’ils ont à cacher".

En grattant un peu le dossier on peut s’apercevoir qu’une partie du dossier est déjà biaisé dès le rôle de consulting de certaines banques. En effet, Vivendi s’est entouré de la banque Goldman Sachs pour travailler sur la scission entre SFR et Vivendi. Cette scission se transformant en cession, la banque est néanmoins, selon le journal Le Monde, toujours aux bottes des dirigeants de Vivendi. Deutsche Bank autre partie prenante travaille également avec le conseil de surveillance de Vivendi présidée par Jean-René Fourtou.

"Les conseilleurs ne sont pas les payeurs" nous rappelle certain un proverbe. Il semblerait qu’a toute règle il existe une exception. Les deux banques précédemment citées, soit Goldman Sachs et Deutsche Bank ne sont autre que certaines des banques avec lesquels Numericable a souscrit son énorme crédit pour s’offrir l’opérateur filiale de Vivendi.

Pour une source proche du dossier "il est étrange de voir des banques ayant des liens d’intérêt avec Numericable conseiller Vivendi". Etrange ? Certains estime plutôt qu’il y a "un conflit d’intérêt manifeste puisque les banques toucheront une commission si l’offre de Numericable est retenue. Comment ces banques peuvent-elles conseiller Vivendi alors qu’elles empocheront des millions d’euros en cas de vente à Numericable ?"

Bouygues Télécom n’a pas tardé à réagir en mettant en demeure les deux banques pour dénoncer ce qu’ils estiment également être un conflit d’intérêt. Selon un avocat spécialisé, au regard du code des marchés publics, Vivendi est censé retenir l’offre "la mieux-disante" et en cas de conflit avéré, "le groupe encourt une annulation qui peut engager la responsabilité des membres du conseil". Raison de plus pour ne pas laisser les actionnaires minoritaire fouiner dans les documents échangés entre Numericable et Bouygues dans cette transaction, même si tout reste à prouver...

Le lien UniversFreeBox.
Abonnée FreeMobile : 11/01/2012
Wiko U Feel Prime Android 7.1.1 Nougat
Forfaits: 15.99€ le 11/01/2012 pour madame - 15.99€ le 12/01/2012 pour moi - 15.99€ le 26/09/2013 pour ma nièce.
Portabilité : Orange
SIM : Activée

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

L'offre Numéricable expire demain soir.
Va-t-il trouver l'argent qui manque ?


http://www.universfreebox.com/article/2 ... l-emporter

Rachat de SFR : Numericable a 24 h pour relever son offre et l’emporter
publié le 03 avril 2014 à 14h21 par Thomas Braun

A l’instar de son processus déjà expérimenté dans la première phase de ces négociations, Patrick Drahi, sa holding Altice et Numericable vont-ils à nouveau attendre le dernier moment pour remonter leur offre pour le rachat de SFR ?

Demain, si Numericable n’arrive pas à conclure avec Vivendi, les cartes seront redistribuées et SFR sera de nouveau accessible à qui veut bien pousser l’enchère encore plus haut. Alors que sa période de négociation exclusive s’achève demain, Bouygues toque déjà au portillon avec une offre plus généreuse à 13,15 milliards en cash et 21,5% des parts contre 11,75 milliards et 32 % des parts pour Numericable. Ce dernier multiplie les engagement sur un dédommagement en cas d’échec des négociations, sur l’emploi, sur le choix entre deux offres

Selon les analystes de la banque d’affaires portugaises Espirito Santo, Numericable aurait l’intention de remonter son offre sur la partie "en espèce" :

"Nous pensons que Numericable pourrait être tenté de suivre et de proposer un montant en cash équivalent à celui de son concurrent."

Pour le moment les deux offres et les obstacles que présentent les deux offres se tiennent. Car pour Vivendi, l’intérêt est de se désengager de SFR le plus rapidement possible avec le pactole le plus fourni. Si du côté de la rapidité des transactions, Numericable est concerné par moins d’obstacles concurrentiels, l’offre de Bouygues fait tomber la participation de Vivendi à 21,5 % du nouvel ensemble.

Nénamoins la banque portugaise estime que si "Numericable ajustait son offre sur celle de Bouygues, sa chance de succès serait la plus élevée". Une analyse que partage un autre broker chez Nomura qui estime "que ce scénario devrait conforter Vivendi à poursuivre ses discussions avec Numericable".

Reste à savoir si Numericable endetté jusqu’au cou peut encore ajouter une rallonge supplémentaire de 1,4 milliards d’euros et s’aligner sur Bouygues.

Source : ABC Bourse
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Avatar du membre
Falager
Freenaute
Participation dans ce sujet : 82
Messages : 3759
Enregistré le : il y a 6 ans

Message par Falager » il y a 3 ans

http://www.boursorama.com/actualites/nu ... 2abac0a3c7

Numericable serait favori pour SFR avant le conseil de Vivendi
Reuters le 04/04/2014 à 11:48
par Leila Abboud et Sophie Sassard

PARIS/LONDRES (Reuters) - Le câblo-opérateur français Numericable est le mieux placé pour remporter la bataille pour le rachat de SFR alors que Vivendi réunit un conseil de surveillance décisif ce vendredi après-midi, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier.

Les treize membres du conseil de Vivendi devraient décider s'il scelle un accord définitif pour vendre le deuxième opérateur français des télécoms à Numericable après trois semaines de négociations exclusives, dans une transaction de près de 15 milliards d'euros.

Son concurrent Bouygues s'est efforcé de rester dans la course en augmentant la partie en numéraire de son offre de 1,8 milliard d'euros et en impliquant des partenaires financiers dont la Caisse des dépôts.

Mais à quelques heures de la réunion de son conseil de surveillance, Vivendi reste préoccupé par les risques d'obstacles réglementaires et les risques d'exécution que comportent l'offre de Bouygues, qui conduirait le marché français de la téléphonie mobile à revenir à trois acteurs contre quatre actuellement, expliquent des sources proches des discussions.

Vivendi, qui veut recentrer ses activités sur les médias, est aussi plus enclin à signer un accord avec Numericable dont l'offre apporte au conglomérat une sortie plus rapide des télécoms, soulignent encore ces sources.

Mais le dossier pourrait encore évoluer si les candidats au rachat de SFR décidaient de modifier leur offre, ajoutent les sources, et aucune décision définitive n'a encore été prise.

Des analystes s'attendaient à ce que Numericable et sa maison mère Altice rendent leur offre encore plus attrayante pour distancer Bouygues.

Jeudi soir, des sources proches de Numericable assuraient cependant que le câblo-opérateur avait apporté quelques modifications à son offre mais qu'il n'en avait pas relevé la partie en numéraire qui est de 11,75 milliards d'euros, ni qu'il avait touché à la participation de 32% que Vivendi doit avoir au capital de l'entreprise fusionnée.

De son côté, Bouygues cherchait encore jeudi des soutiens financiers pour verrouiller son offre et menait des discussions à cette fin avec la famille Dassault, ont indiqué deux autres sources.

Un porte-parole de Numericable n'a pas voulu dire vendredi matin si le groupe avait modifié son offre, tandis que Bouygues s'est refusé à tout commentaire.

La vente de SFR va modifier le paysage de marché français des télécoms fragilisé par deux années de guerre des prix suite à l'irruption d'Iliad dans la téléphonie mobile.

(Avec Gwénaëlle Barzic et Matthieu Protard, édité par Dominique Rodriguez)
Forfait 0€ 11/01/12 OK 16/01/12
Forfait 2€ 18/01/12 OK 14/02/12
Achat mobile 31/01/12 Livré 06/02/12
Forfait 20€ 17/09/12 OK 22/09/12
Achat ZTE F160 5€ 24/07/13 Livré 01/08/13
Achat Wileyfox Spark+ 120€ 15/01/17 Livré 25/01/17
FreeBox V4 IdF

Répondre